Les collections de la médiathèque ne comprennent pas d'incunables (livres au berceau imprimés dans les premiers temps de l'imprimerie jusqu'en 1500). Les plus anciens ouvrages conservés à Bagnols datent du 16ème siècle. Il s'agit d'ouvrages de médecine d'auteurs anciens toujours ré-imprimés.

 

 MG 2729corrig

 

 

Des oeuvres de Galien, médecin grec né à Pergame vers 131 après JC, édité en 4 volumes in-folio, à Lyon chez Jean Frelon en 1550.

  Galien1  

Les oeuvres d'Hippocrate, médecin grec du 4ème siècle avant JC, imprimé à Lyon en 1576 chez Guillaume Rouillé. Il s'agit aussi d'un in-folio.

Hippocrate1

 

Remarquez le privilège de l'Empereur germanique Maxilien II et du Roy de France et de Pologne Henri III. On voit ici combien l'édition et l'imprimerie étaient à la Renaissance une affaire européenne et l'importance de la place de Lyon dans les échanges commerciaux de l'époque.

 

17ème siècle

Cette époque voit fleurir de nombreux livres religieux, des livres d'histoire, ainsi que la naissance des grands dictionnaires. A cette époque, le livre français marque un certain recul par rapport à l'époque précédente et  par rapport à l'imprimerie étrangère, notamment celle des Pays-Bas.

La censure exercée contre les protestants est religieuse mais aussi politique. Des règlements corporatifs très rigides pèsent sur l'autorisation d'imprimer.

Parmi les pièces intéressantes citons la Bible protestante de 1610 dite "Bible de Cavalier" ayant perdu sa page de titre.

Pourquoi ? Sans doute parce que celle-ci, servant aussi d'Etat-Civil, a été arrachée pour la soustraire aux dragons du Roi pendant la guerre des Camisards. Elle comporte en double page centrale un grand plan de Jérusalem gravé sur cuivre.

 

Jrusalem1

 

Une "Histoire des princes d'Orange" écrite par Joseph de la Pise et publiée à la Haye en 1638.

prince dOrange 1

 

Figurent dans nos rayons le Grand Dictionnaire de Moreri dans son édition de 1707 (1ère ed. en 1674). Moreri y présente Bagnols comme une petite ville du Languedoc située "dans un terroir extrêment fécond en sources d'eau".

En bonne place, le dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle, paru pour la première fois en 1697 et dont nous possédons la 4ème édition de 1730 parue à Amsterdam et à Leyde. Cette édition est la meilleure quant à la clarté et à la beauté de la typographie, avec sa page de titre en bichromie noir et rouge.

 

Une intéressante édition en 2 volumes du dictionnaire octolingue d'Ambroise Calepin éditée à Lyon en 1681... à l'origine du mot Calepin même s'il se présentait alors en grand format.

 

 Calepin1

 

 Le 18ème siècle.

Le livre de l'époque précédente visait à instruire et ne se départissait pas d'une certaine solennité. Au 18ème, au contraire le livre a pour but de plaire à une partie de la société riche et cultivée. On collectionne ces livres comme des objets d'art, les bibliophiles constituent à grands frais de magnifiques bibliothèques. On s'intéresse à la littérature romanesque et poétique. Les grands formats sont abandonnés au profit des in-12 plus maniables et ornés de gravures. On y trouve les oeuvres des philosophes : Voltaire, ouvrages publiés à Amsterdam et à Londres avec la pièce de titre dorée aux fers (particularité des livres du 18ème siècle).

Egalement des éditions Cazin, l'ancêtre du livre de poche, de format très petit car ils circulaient souvent sous le manteau à cause de la censure de leur contenu politique et licencieux.

 Montesquieu et Voltaire

Le dix-huitième aime les voyages : citons la belle collection Histoire des voyages, publiée de 1746 à 1749, illustrée de gravures sur cuivre.

Voyages1

Et bien sûr "l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert" ou "Dictionnaire raisonné des sciences, arts et des métiers" dans son édition de 1777, à Genève chez Pellet, en 36 volumes (dont le 11ème a été perdu) et 3 volumes de planches.

Diderot noria 001

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.